1. http://www.lesbreguet.com/1.jpg



Antoine
1851 - 1882

Stacks Image 47
Antoine Breguet profite de la période troublée de 1870 pour réorganiser la Maison et la consacrer exclusivement à l’électricité, la branche horlogerie étant cédée à son chef d’atelier, Monsieur Brown. Moment capital où Louis-Clément et son fils Antoine, qui vient d’avoir dix-huit ans font la connaissance de Zénobe Gramme qui vient d’inventer la dynamo électrique.

La Maison Breguet, spécialisée dans la construction de toutes sortes de matériel électrique s’intéresse immédiatement à cette découverte dont elle achète le brevet. A sa sortie de Polytechnique, Antoine en étudiera méthodiquement les éléments pour en améliorer les performances. Puis il publiera un fameux mémoire , «La Machine de Gramme, sa théorie et sa description » ; quand Gramme verra son invention mise en équations, il s’écriera : «Si j’avais su qu’il me faudrait savoir tout cela, je ne l’aurais jamais inventée ».

La rencontre d’Antoine Breguet avec Graham Bell sera déterminante. Après avoir fait une communication à l’Académie des Sciences, Antoine réalise les premières expérimentations et démonstrations du
téléphone au 36 quai de l’Horloge. La Maison Breguet va en poursuivre l’amélioration des performances et de l’aspect pratique.

A vingt-sept ans, Antoine, reconnu comme expert en matière d’électricité, devient maître de conférences scientifiques à la Sorbonne. Il est également sollicité par le professeur Charles Richet (futur prix Nobel de médecine) pour co-diriger avec lui la « 
Revue Scientifique ».

Président de la Chambre Syndicale de la Construction Electrique à trente ans, Antoine est nommé « chef du Service des Installations » à la première Exposition Internationale de l’Electricité et au Congrès des Electriciens qui se tiennent à Paris en 1881. Avec Clément Ader, il présente le « 
théâtrophone », audition téléphonique de l’Opéra, qui constitue le plus grand succès de l’Expo.

Mais l’excès d’activité d’Antoine a raison de sa santé précaire ; il meurt à trente-deux ans en laissant sa jeune veuve avec trois enfants en bas âge dont deux garçons, Louis et Jacques. Il n’aura pas connu la nouvelle usine de la Maison Breguet, rue Didot, qui sera terminée trois mois après sa mort.